Guide anti-sèche pour les prêtres non-bretonnants souhaitant célébrer en partie la messe en breton peurunvan (unifié)

Description de ce cantique breton

  • Sacrement & vie d'église : Eucharistie / Sakramant an aoter
  • Orthographe : Langue bretonne (Peurunvan)
  • Vote des visiteurs :
  • Paroles du cantique breton Guide anti-sèche pour les prêtres non-bretonnants souhaitant célébrer en partie la messe en breton peurunvan (unifié)

En conséquence de la raréfaction du nombre de prêtres capables de célébrer des messes en breton, il est de plus en plus fréquent que des prêtres non-bretonnants de bonne volonté soient amenés – parfois dans l’urgence et l’improvisation – à célébrer des messes en partie en breton. Ce petit guide d’urgence a été composé à leur intention afin de les aider.

Ce système est bien sûr valable pour chaque diocèse de Basse-Bretagne, voire de Haute-Bretagne quand des messes en breton (tout ou partie) y sont célébrées.

 

 

La prononciation et l’orthographe du breton étant assez délicates pour les novices, cela permettra aux prêtres (ou aux diacres) de s’initier au moins aux principaux répons et monitions, quand bien même les oraisons, l’Évangile, les prières d’offertoire et de communion, la prière eucharistique seraient célébrées en français ou en latin – il est tout à fait légitime à ce sujet que des parties de la messe soit dite en langue latine, langue de l’Eglise, ce qui peut être une alternative intéressante pour les prêtres qui se sentent plus à l’aise en latin qu’en breton, ce qui n’empêche nullement d’avoir aussi du français.

Les célébrants pourront donc choisir et réviser à l’avance les parties de l’ordinaire qu’ils souhaiteront dire en breton selon leur disponibilité.

 

 

Pour certaines prières dites en commun par le prêtre et les fidèles, il est alors possible que le prêtre dise en breton la première phrase et poursuive à mi-voix en français, tandis que les fidèles poursuivront en breton. Ainsi, même s’il est compliqué d’avoir la messe en breton célébrée in extenso, la plupart des parties dialoguées entre le célébrant et les fidèles ainsi que les prières dites en commun pourraient alors être proclamées ou chantées en breton.

Pour ce faire, on trouvera d’abord les extraits en breton de l’ordo missæ transcrites en peurunvan, les lettres non prononcées étant imprimées en italique et en plus petit pour dérouter le moins possible aussi bien les non-bretonnants que les bretonnants non-habitués à l’orthographe unifiée – avec en regard la traduction française (qui n’est pas forcément la traduction officielle, surtout quand elle est trop éloignée de l’édition typique latine – cette traduction française doit de toute façon être bientôt révisée pour la rendre plus conforme à l’original latin – ).

Et enfin une version en « phonétique » d’après l’orthographe française (tout le monde n’est pas familier avec l’alphabet phonétique international) Dans tous les cas, il est évidemment indispensable d’avoir aussi sur les feuilles ou livrets de messe la traduction française, si possible en regard.

 

 

Ce guide n’est pour l’instant qu’une proposition ad experimentum en peurunvan (breton unifié) en attendant un consensus pour la révision de la traduction officielle du Missale romanum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.