Evit bevañ gant levenez (Pour vivre dans l’allégresse)

Description de ce cantique breton

  • Genre : Chant d'entrée, Chant d'envoi / Evit kloza an overenn
  • Temps liturgique : Temps ordinaire
  • Sacrement & vie d'église : Mariage / Priedelezh
  • Orthographe : Langue bretonne (Peurunvan)
  • Vote des visiteurs :
  • Evit bevañ gant levenez (Pour vivre dans l’allégresse)
    5 - 1 vote

  • Partition du cantique breton Evit bevañ gant levenez (Pour vivre dans l’allégresse)
  • Paroles du cantique breton Evit bevañ gant levenez (Pour vivre dans l’allégresse)
  • Ecouter le cantique breton Evit bevañ gant levenez (Pour vivre dans l’allégresse)

Voici un cantique qui a bien sa place pour un mariage, mais pas seulement. En Temps Ordinaire ou durant le Carême, ce cantique peut très bien avoir sa place (par exemple en chant d’envoi).

Ce cantique a été écrit sur un air écossais très célèbre, « Ye banks and braes o’ bonnie Doon » (vous berges et coteaux de la belle rivière de Doon) qui met en musique un poème du grand poète écossais préromantique Robert Burns qui écrit ici en scots, vieux dialecte anglo-écossais des Lowlands. C’est à l’origine une chanson plutôt mélancolique : il s’agit d’un amoureux éconduit qui cherche sa consolation en contemplant les merveilles de la création.

L’abbé Conq (1874-1954) grand chansonnier breton – sous son nom de plume Paotr Tréouré en a fait une belle adaptation en breton qui est devenu un grand classique : Hirvoudoù.  Cet air est devenu tellement populaire qu’il a servi pour un certain nombre de cantiques bretons, dont le plus célèbre est « evit bevañ gant levenez », qui exalte la simplicité, la pauvreté chrétienne et le détachement envers les biens de ce monde. Curieusement, cet air mélancolique de chagrin d’amour, empli de nostalgie, est devenu joyeux par la suite et fut pendant longtemps chanté lors de mariages. D’autres cantiques propres au mariage furent d’ailleurs écrits dans les années 20 – 30  sur cet air dans le diocèse de Quimper et Léon.

evit-bevan-gant-levenez

Des partitions polyphoniques ou pour orgue sont disponibles sur le site du Diocèse de Quimper & Léon (dont est extraite l’interprétation ci-contre)

Un commentaire

  1. la partition présentée est celle du cantique traditionnel et non pas la version d’origine Ecossaise .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *