Kyrie breton

Nous demandons pardon à Dieu pour les fautes commises. Le Kyrie trouve ses sources aux racines du christianisme.

Suivant la Présentation Générale du Missel Romain : après l’acte pénitentiel, on commence toujours le Kyrie eleison, à moins que cette invocation n´ait déjà trouvé place dans l’acte pénitentiel lui-même (Je confesse à Dieu). Puisque c´est un chant par lequel les fidèles acclament le Seigneur et implorent sa miséricorde, il est habituellement exécuté par tous, le peuple, la chorale ou un chantre y tenant leur partie.

Chaque acclamation est ordinairement dite deux fois, mais cela n´exclut pas, en raison du génie des différentes langues, des exigences de l´art musical, ou en raison des circonstances, qu´on puisse la répéter davantage. Quand le Kyrie est chanté comme faisant partie de l’acte pénitentiel, on fait précéder d’un  » trope « * chaque acclamation.

Voici ce que Kan Iliz vous propose comme Kyrie breton.

Les drapeaux vous aident à identifier rapidement le breton utilisé pour chaque cantique :  Langue bretonne (Peurunvan) Peurunvan, Breton Vannetais Vannetais, Breton Léonard Léonard, Breton Trégorrois Trégorrois, Breton Cornouaillais Cornouaillais. Passez votre souris sur chaque drapeau si vous avez un doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *