Pedenn ar skaouted

Description de ce cantique breton

  • Source : Feiz & Breizh
  • Orthographe : Langue bretonne (Peurunvan)
  • Vote des visiteurs :
  • Pedenn ar skaouted
    5 - 1 vote

  • Ecouter le cantique breton Pedenn ar skaouted

Ce cantique breton se trouve sur le site Feiz & Breizh, nous souhaitons mettre en avant ce lien car il nous semble intéressant en complément des cantiques proposés par Kan Iliz.

__________________________

Il s’agit ici de l’adaptation e brezhoneg de la prière scoute.

Cette prière est attribuée à Saint Ignace de Loyola, fondateur de l’ordre jésuite auquel appartenait le Père Sevin. Ses premiers mots commençaient par « O Verbe de Dieu, apprenez-moi à être généreux », que le P. Sevin remplaça par le titre « Seigneur Jésus ». Il repris cette prière pour les scouts de France, (la musique est de Gaston Schindler) et composa aussi en commentaire le chant Coeur de Jésus, notre Chef, notre frère intitulé aussi « Prière du Scout » ! On peut noter qu’elle était rédigée à l’origine au singulier (« apprenez-MOI à être généreux »). Pendant la guerre, le Père Forestier expliqua que le NOUS communautaire était plus approprié, comme dans le « Notre Père », et ce changement s’est fait tout naturellement (source Scoutwiki)

Texte & traduction

Salver Jezuz, deskit deom(p) bezañ brokus,

D’Ho servijañ (e)vel ma tere ouzhoc’h,

Ha da rei(ñ) hep kontañ,

Da stourm dizaon rak an taolioù gloaz,

Da labourat kuit a glask an diskuizh,

D’ober bec’h bras hep gortoz gounit ebet netra all,

Nemet gouzout emaom(p) oc’h ober ho Polontez Santel.

_____________________

Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux A Vous servir comme Vous le méritez, A donner sans compter, A combattre sans soucis des blessures, A travailler sans chercher le repos, A nous dépenser sans attendre d’autre récompense, Que de savoir que nous faisons votre Sainte Volonté.

Un commentaire

  1. Pegen brav an droidigezh-mañ! Très belle traduction!

    J’ai cherché un peu pour comprendre la subordonnée « ma tere ouzoc’h ». Apparemment, elle met en oeuvre le verbe DEREAÑ (cf geriadur Favereau) qui signifie « convenir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *