Pedenn da Galon Dinamm Mari / Prière au Cœur Immaculé de Marie !

Cette prière a été écrite par le Cardinal Robert Sarah et traduite par Tomaz Jacquet.

1- lavarout :

 

Gwerc’hez santel-tre Mari, Rouanez an Aeled hag ar Sent,

Hanterourez an holl c’hrasoù, war-dro Ho Kalon Dinamm e kavomp repu ha gwarez, rak hor Mamm oc’h. Roit dimp evel ho peus hen prometet da dri fastorig Fatima, da c’houzout profañ bemdez hor buhez evit Silvidigezh ar bec’herien.

 

Ra dizho ho karantez vamm, ar c’halonoù kaletaet gant ar pec’hed, evit ma kavo kement den, savetaet gant gwad ho Mab skuilhet war ar Groaz, hent ar garantez, ar binijenn hag an adunvanidigezh gant Doue ha gant o breudeur. Neuze e c’hellimp kanañ holl a-gevret, hag a galon, trec’h ho Trugarez vamm. Evel-se bezañ graet.

 

Neuze,

 

2- ur Bater,

3- dek Ave,

4- ur Gloria

Gloar Deoc’h-c’hwi an Tad hag ar Mab,

Hag ar Spered Santel

Evel ma oa er penn kentañ, a vremañ ha da viken

Hag a gantvedoù da gantvedoù, Amen

 

5- ha teir gwech :

 

« O Mari koñsevet dinamm,

Pedit evidomp

Hag hon eus ezhomm ac’hanoc’h. »

1- dire :

 

Très Sainte Vierge Marie, Reine des Anges et des saints,

Médiatrice de toutes grâces, nous trouvons refuge et protection auprès de Votre Immaculé, car vous êtes notre Mère. Accordez-nous, comme vous l’avez promis aux trois pastoureaux de Fatima, de savoir offrir chaque jour notre vie pour le Salut des pécheurs.

 

Que votre amour maternel touche les cœurs endurcis par le péché pour que tous les hommes, sauvés par le sang de votre Fils versé sur la Croix, trouvent le chemin de l’amour, de la pénitence et de la réconciliation avec Dieu et avec leurs frères. Alors, nous pourrons chanter tous ensemble et d’un seul cœur le triomphe de votre maternelle Miséricorde. Ainsi soit-il.

 

Puis,

 

2- un Pater,

3- dix Ave,

4- un Gloria

Glória Patri et Fílio,

et Spirítui Sancto.

Sicut erat in princípio, et nunc et semper,

et in sæcula sæculórum. Amen.

 

5- et trois fois :

 

«O Maria, Immaculata Conceptio

(concepta sine peccato),

ora pro nobis

qui ad te confugimus. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *