Vexilla Regis e brezhoneg (gwenedeg)

Description de ce cantique breton

  • Temps liturgique : Semaine Sainte
  • Orthographe : Breton Vannetais
  • Vote des visiteurs :
  • Vexilla Regis e brezhoneg (gwenedeg)
    5 - 2 votes

  • Partition du cantique breton Vexilla Regis e brezhoneg (gwenedeg)
  • Paroles du cantique breton Vexilla Regis e brezhoneg (gwenedeg)

670px-celtic_crossL’hymne du Vexilla regis a été écrite par Saint Venance Fortunat, évêque de Poitiers (530-609). Avec le Salve Festa Dies, elle est encore considérée comme l’une des plus grandes et des plus belles hymnes liturgiques de l’Église Latine.

A 25 ans, la Reine Sainte Radegonde s’était retirée dans un monastère qu’elle avait bâti près de Poitiers ; elle cherchait quelques reliques pour son église quand l’empereur byzantin Justin II et l’impératrice Sophie lui envoyèrent un morceau de la vraie Croix sur laquelle s’est opérée la Rédemption du monde. Pour célébrer l’arrivée de la sainte relique, la Reine demanda à Fortunat de créer une hymne pour la procession d’accompagnement jusqu’à son église.
Le 19 novembre 569, lorsque les porteurs du Saint Fragment se trouvèrent à une lieue de la ville, Venance, entouré d’une grande foule de fidèles, dont certains portaient bannières, croix et autres emblèmes sacrés, s’avança à sa rencontre. Tout en marchant, ils chantèrent cette hymne composée spécialement à cette occasion.

L’ Église chante traditionnellement cette hymne pour le « Temps de la Passion », à partir du dimanche avant les Rameaux, au Dimanche des Rameaux, le Vendredi-Saint et pour la Fête de la Croix Glorieuse (Exaltation de la Sainte Croix, 14 septembre) qui commémore à la fois la découverte de la croix par sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin en 326, la consécration de la basilique du Saint Sépulcre en 335, et le retour de la sainte croix à Jérusalem en 630, après qu’elle eut été prise par les Perses. L’empereur byzantin Héraclius, au terme d’une campagne victorieuse contre ceux-ci, leur reprit la précieuse relique et la ramena en triomphe à Jérusalem.
Cette hymne fut aussi le chant de ralliement des armées catholiques et royales pendant les guerres de Vendée.

La traduction en breton vannetais a été écrite par le Chanoine Le Priellec (1869 -1945) et révisées par Uisant ar Rouz pour Kan Iliz en 2016. Le ton proposé est celui de Salud deoc’h, iliz ma farrouz

3 commentaires

  1. pourquoi ne pas laisser des extraits de melodie accompagnes de paroles pour gouter a certaines chansons comme ste anne o bonne mere je viens de choisir ce cette chanson pour l enterrement ded ma mere et j aimerai bien le reentendre

    • Bonjour,

      Nous essayons en effet de mettre un maximum d’extraits sonores sur la plupart des cantiques, mais nous n’avons pas toujours un enregistrement correct ou n’avons pas toujours le droit de diffuser certains enregistrement.

      Avec le temps nous en aurons de plus en plus…

      En Union de Prière pour votre mère…

  2. Ping :Le Vexilla Regis et le Stabat Mater en breton - Ar Gedour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *