Pardons : pourquoi mettre les processions avant la messe ?

Il faudrait cesser de décaler les processions avant la messe, ce que nous voyons dans bien des pardons.

4-pardon-des-fleurs-2014-1Les processions de nos pardons sont une action de grâce et non une préparation à la messe, c’est un non-sens historique, culturel et religieux. Il ne faut pas confondre, en effet, le fait que les pèlerins venaient à pied (et donc formaient une procession) avec cette procession d’action de grâce qui doit se faire à l’issue de la messe.

Par ailleurs, cela soulève des questions. Que voit-on alors ? Certains fidèles préfèrent rester dans la chapelle ou à l’église pour avoir une bonne place, les retardataires sont tiraillés entre la procession en route et la facilité de rester à la chapelle, la ferveur est tiède, la procession est bâclée, le chant est mou, la symbolique massacrée.

Quel est l’intérêt de faire un feu de joie (avec parfois la descente de l’ange ou de la colombe pyrophores) avant la messe alors qu’il est normalement la transition avec les réjouissances profanes ?

Quand la procession a lieu après la messe, les fidèles sont « chauds », on trouve plus de ferveur, et l’on termine devant le feu de joie que l’on peut tranquillement contempler brûler en écoutant les explosions de pétards avant d’aller « boire l’apéro ». Et, pour le dire familièrement : « ça a franchement une autre gueule… »

 Quand le feu de joie a lieu avant la messe, (quand il existe encore) on a l’impression d’être pressé pour être dans les clous du reste du planning … Or, que ce soit ce feu de joie, alliant les dimensions de renouveau, de purification et de louange, ou la bénédiction à la fontaine, ces rites ont un sens. La procession (avec les bannières), l’eau et le feu sont étroitement liés entre eux. Il n’y a donc aucun sens à séparer ce qui a vocation à être uni. Mais il serait intéressant d’expliquer aux « pardonneurs » le pourquoi de tout cela, que cela soit fait avec foi et non simplement par rite, que cela soit fait non seulement par respect de la Tradition mais aussi dans un esprit missionnaire.

Source : Ar Gedour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.