UISANT FERRIE : Kanenn en inour de Sant Uisant Ferrié / Cantique en l’honneur de St Vincent Ferrier (Vannes)

Description de ce cantique breton

  • Genre : Chant d'entrée, Chant d'envoi / Evit kloza an overenn
  • Solennité : Saints de Bretagne
  • Orthographe : Breton Vannetais
  • Vote des visiteurs :
  • UISANT FERRIE : Kanenn en inour de Sant Uisant Ferrié / Cantique en l’honneur de St Vincent Ferrier (Vannes)
    5 - 1 vote

  • Partition du cantique breton UISANT FERRIE : Kanenn en inour de Sant Uisant Ferrié / Cantique en l’honneur de St Vincent Ferrier (Vannes)
  • Paroles du cantique breton UISANT FERRIE : Kanenn en inour de Sant Uisant Ferrié / Cantique en l’honneur de St Vincent Ferrier (Vannes)
  • Ecouter le cantique breton UISANT FERRIE : Kanenn en inour de Sant Uisant Ferrié / Cantique en l’honneur de St Vincent Ferrier (Vannes)

Dans le cadre du jubilé pour les 600 ans de la mort de saint Vincent Ferrier à Vannes, une version actualisée du cantique de saint Vincent Ferrier écrit il y a un siècle par l’abbé Le Maréchal a été réalisée par Uisant Er Rouz (de l’équipe de Kan Iliz), et proposée en exclusivité sur Ar Gedour et Kan Iliz

_____________

Ce cantique a été écrit en 1918 ou 1919 par l’abbé Jacques le Maréchal, qui était alors vicaire à la cathédrale de Vannes, pour le cinquième centenaire de la mort de saint Vincent Ferrier. Il est écrit sur le même modèle que le cantique des sept saints de Bretagne : 3 longues parties distinctes avec des strophes de deux vers en alexandrins et un refrain avec quatre hexasyllabes. On remarque une certaine exagération dramatique dans les paroles : la situation spirituelle de l’époque de saint Vincent, même si elle n’était guère brillante – l’Eglise était en schisme avec deux papes- n’était pas aussi généralement catastrophique. L’auteur noircit le tableau à dessein pour faire encore plus ressortir les mérites de Saint Vincent.

L’air d’origine fut écrit par Dom Louis Hervé, sous-prieur de l’abbaye de Kergonan, ancien maître de chapelle et professeur de chant grégorien à sainte Anne D’Auray. Cet air étant assez complexe et d’apprentissage difficile, il a été remplacé ici par un air à la fois connu et plus simple à mémoriser : celui de Mari, Gwerhiéz santél.

Les paroles du cantique ont été réactualisées pour le 6ème centenaire : pemp kant vlé (500 ans) a été remplacé par hweh kant vlé (600ans) . Deux nouveaux couplets ont été rajoutés pour exprimer l’urgence actuelle de l’évangélisation, à l’exemple de Saint Vincent à son époque, dans une Bretagne et une Europe largement déchristianisées.

Nous fournissons aussi une version abrégée du cantique, proposée pour les occasions où on ne peut chanter le cantique in extenso. Cliquez ici pour la version abrégée et ci-contre pour la version longue (bouton « partition / paroles »).

Pour en savoir plus sur l’auteur, rendez-vous sur Ar Gedour.

Le fichier sonore ci-contre est un collectage de la veillée du 12 mai 2018 à la cathédrale de Vannes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *